Indochine Fête ses 40 Ans au Stade de France | J’y étais, Je vous raconte

By Sophie Gayot

Un concert de tous les records

Stade de France, Saint-Denis, le 21 mai 2022

Mais, vraiment, qui peut fêter ses quarante ans avec 97.036 personnes? C’est la performance exceptionnelle livrée par le groupe Indochine ce samedi au Stade de France lors du premier concert de sa tournée Central Tour 2022. Indochine détient, à ce jour, le record du nombre de spectateurs toutes disciplines confondues (sport et concert) sur une date unique depuis l’inauguration du Stade de France en 1998.

Paris est la première date qui en comprend six. A la fin, à Lille le 3 juillet 2022, Nicola Sirkis, le co-fondateur du groupe en mai 1981 et le seul qui reste depuis l’origine, ainsi que Olivier Gérard (claviériste, guitariste rythmique, compositeur depuis 1997), Boris Jardel (guitariste, parolier et compositeur depuis 1998), Ludwig Dahlberg (batteur depuis 2015) et Marc Éliard (bassiste depuis 1992) auront soufflé les bougies de ces 4 dizaines d’années du plus célèbre groupe pop rock français devant 4 x 100.000 personnes! Annoncée en 2018, cette série de concerts a été retardée pour cause de COVID. Les spectateurs, de toutes générations, avaient acheté leurs billets en 2020 et ont patiemment attendu. Après un majestueux coucher de soleil sur les gradins, une bonne augure pour la soirée, ils ont pu écouter et voir pendant deux heures et trente sept minutes que leur patience avait été récompensée.

Nicola Sirkis avait imaginer grand, très grand, et il ne s’est pas trompé. Il est toujours bon de rêver… Sur la pelouse, recouverte pour la protéger, le plus grand écran jamais utilisé pour un concert live a été installé au centre, afin que quelque soit leur place dans le stade, tous les spectateurs puissent suivre le show — d’où le nom Central Tour 2022. Ce géant circulaire pèse 258 tonnes et mesure 45 mètres de haut. Il nécessite 5 jours de montage 24h/24h, 1,5 jours de démontage 24h/24h, 4 grues et 70 semi-remorques pour le transporter. Composé de 1 400 panneaux de LED, sa surface est de 2 500 m2. Ajoutez à cela une scène de 850 m2, 1 500 projecteurs de lumière et vous comprendrez que seul un stade, immense, peut accueillir la démesure toute en mesure d’Indochine.

Au cours (pas assez long) des vingt-huit chansons, le groupe avait convié des invités: le contre-ténor Philippe Jaroussky, La Garde Républicaine et Christine and The Queens. La foule, qui a fini par ressembler à une marée humaine, s’est endiablée au rythme des tubes historiques. Si ces tubes sont historiques, ils sont aussi indémodables. Mon fils de 27 ans, présent avec moi, m’a glissé dans le coin de l’oreille que dès que l’on met Indochine dans une soirée tout le monde se met à danser — ce qu’il a d’ailleurs fait tout le long du concert.

Des messages ont été délivrés sur l’écran, notamment pour la sauvegarde de la planète. Un hommage a été rendu aux Ukrainiens. Ce fut également des moments forts de la soirée. Il est important de profiter de ces instants pour nous rassembler autour d’idées, nous faire réfléchir et nous faire progresser. Merci Nicola.

Mais qu’est-ce qui fait la force du groupe? La qualité musicale est la chose la plus importante certes, mais je pense qu’il en faut plus pour que cinq artistes puissent mettre en communion tant de monde depuis si longtemps. Il faut un ciment. Au vu des messages diffusés, après avoir entendu Nicola et discuté avec certains des artistes du groupe après le concert, il est évident qu’ils pensent aux autres. Ils nous jouent leur musique pour notre plaisir, pas (que) pour le leur. Leur cohésion c’est de nous rendre heureux avec sept notes de musique. Ils sont humbles. Ils m’ont avoué l’intense émotion en marchant dans le couloir qui les a menés vers nous pour leur entrée en scène. Je tiens de source sûre que des larmes ont même été versées. Impossible alors pour eux de faire marche arrière et de nous décevoir. Qu’ils soient rassurés tous les cinq: ils ne l’ont pas fait, bien au contraire.

Si il n’y pas eu d’effet de mode, nos oreilles et nos yeux ont en pris “plein la vue” durant ces heures mémorables et totalement inoubliables, dont les notes finales furent un feu d’artifice. Bon si vous n’avez pas encore compris, le Stade de France sous la voix de Nicola Sirkis accompagné de ses quatre musiciens d’armes était “THE place to be”. Un concert qui va rester dans les annales. Et, Nicola j’en suis sûre que vous allez être copié. Cela s’appelle la rançon de la gloire…

A 2033, comme le dit la dernière image projetée sur la tour indochinoise. Je suis partie heureuse et rassurée, il va y avoir une suite!

Prochaines dates:
– 4 juin à Bordeaux au stade Matmut Atlantique
– 11 juin à Marseille au stade Vélodrome
– 25 juin à Lyon au Groupama Stadium
– 2 et 3 juillet à Lille au Stade Pierre-Mauroy.


> Pour plus d’information, consulter Indochine site officiel.